Posted on

L’Artemisia Annua, une plante étonnante et puissante

Connue depuis plus de 2 000 ans, en Chine, pour ses effets contre le paludisme, l’absinthe chinoise est encore utilisée aujourd’hui pour bien d’autres vertus médicinales.

Les bienfaits et propriétés de l’armoise annuelle

L’armoise annuelle fait partie des plantes médicinales les plus conseillées dans le traitement des troubles digestifs : digestion difficile, coliques, diarrhées chroniques, flatulences… Les propriétés digestives de l’armoise sont dues à sa teneur en principes actifs amers qui stimulent la sécrétion de sucs digestifs, chargés d’aider à la digestion en dégradant les aliments.

Cette action favorise dans le même temps l’appétit (plante apéritive). En raison de ses propriétés carminatives, elle est aussi efficace pour faciliter l’évacuation des gaz intestinaux et de l’estomac. Elle réduit les symptômes des insolations et les maux de tête. Diminue notablement les saignements de nez.

Utilisées en cataplasmes, les feuilles d’absinthe chinoise sont indiquées contre la migraine et contre la fièvre.

AUTRES INDICATIONS THÉRAPEUTIQUES DÉMONTRÉES

Cette plante est employée pour faire disparaître les vers parasitaires présents dans les intestins, en inhibant leur reproduction.

Enfin, l’armoise annuelle était surnommée l’« herbe aux vers » car elle constitue un puissant vermifuge en éliminant les vers intestinaux. Cette herbe médicinale est en effet capable d’éliminer un grande variété de parasites intestinaux en fragilisant les membranes de ces organismes.

Mais à quoi sont dues toutes ses propriétés ?

L’armoise annuelle est en grande partie composée d’huiles essentielles (dont de l’azulène, anti-inflammatoire et cicatrisant), de vitamine C, de flavonoïdes et de tanins. On y retrouve également de l’artémisinine , la substance active médicamenteuse isolée de la plante et qui fait l’objet d’une utilisation courante en médecine traditionnelle chinoise.

En 2015, une importante avancée dans le traitement du paludisme et de la malaria a eu lieu. Tu Youyou, une chercheuse en pharmacie chinoise, a alors reçu le Prix Nobel de médecine après avoir mis au point un traitement particulièrement efficace contre le paludisme, à base d’armoise annuelle.

En réussissant à isoler l’ingrédient actif de l’armoise, l’artémisinine, Tu Youyou a mis à jour « le plus grand espoir mondial contre le paludisme » selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et l’un des traitements actuels les plus efficaces contre le paludisme .

Elle s’est notamment appuyée sur des recettes issues de la médecine traditionnelle chinoise (168 av. J.-C) dans laquelle les feuilles et les branches de la plante étaient trempées dans de l’eau pendant une nuit puis bues en tant que traitement contre le paludisme. L’action de l’artémisinine est double : elle bloque l’enzyme qui permet au parasite de se développer et détruit les membranes du parasite .

D’autres études, menées par l’Université de Washington, mettent en évidence l’action puissante de l’armoise annuelle contre un grand nombre de cancers, notamment celui du sein, de la prostate  ou des cellules de la moelle osseuse (leucémie). Les substances de l’armoise semblent extrêmement sélectives car elles ciblent directement les cellules cancéreuses sans endommager les cellules saines de l’organisme contrairement à la chimiothérapie.